A votre avis, la génération Z …

La génération Z fait de plus en plus parler d’elle ! bon, il y a encore pas mal de n’importe quoi issu d’un mauvais copié-collé provenant des caractéristiques de la culture Y. Pourtant ce sujet est devenu une préoccupation des DRH anglais depuis un an. Si j’utilise ce terme de génération Z, auquel je suis hostile, c’est uniquement à des fins de référencement.

Vous pouvez aussi les appeler emos, intuit ou echo-boomers. En passant, echo-Boomers n’est pas un synonyme de Y !

Alors comme je n’ai pas encore terminé mon article sur les « Mamans Y ou millennial mum » et qu’il faut pourtant que je publie quelque chose pour montrer à Google qu’il se passe des trucs épatants sur mon blog, je vous pose une question !

Est-ce que cette génération saura…?

  • Lire une carte routière ?
  • Mener un conflit sans texto, message FB, Tweet ou email interposé ?
  • Chercher une info dans une table des matières
  • Se passer de téléphone/internet
  • Ce que sont ces abris en verre taggé avec un téléphone à l’intérieur que l’on trouve sur les trottoirs
  • Découvrir l’autre sans le googliser
  • Qu’ils seront sans doute les derniers à avoir de l’eau potable dans les toilettes
  • Rester devant une télé en silence pour la regarder

A votre tour !

15 réflexions au sujet de « A votre avis, la génération Z … »

  1. …Faire le plein de sa voiture avec du Diesel ou de l’essence (ça pollue ça!!). D’une manière plus générale, je pense que les Zers seront beaucoup plus sensibles que nous aux questions environnementales et seront plus attentifs que nous à leur « empreinte écologique » . Ils sont nés dedans et n’auront pas connu le passage du « tout pétrole » à l’idéal utopique prôné aujourd’hui, le « tout électrique ».

  2. Hors propos- Normalement après Z il n’y a plus de lettres dans l’alphabet. Sauf si on rajoute le double ZZ comme ça s’est produit pour le dobble U (W). Pour le savoir, jouer à C’est pas sorcier version 2040.

  3. Pour répondre à ces questions à savoir :
    Mener un conflit sans texto email, rechercher sur une carte etc, je vous dirais que cette génération est née avec ces technologies et que beaucoup ne peuvent sans passer. Mais à qui la faute, n’oubliez pas que les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants. Je pense que ma génération qui a 50 ans aujourd’hui est la dernière génération qui saura encore transmettre certaines valeurs, écrire sur papier sans passer par internet, avoir un minimum d’orthographe, de politesse et de savoir vivre. L’éducation nationale a aussi sa responsabilité lorsqu’on songe que beaucoup d’élèves sortent du système sans savoir lire, écrire correctement. Ces générations nées après 1980 ont eu l’habitude de trouver « tout cuit » beaucoup de choses et meme nous cinquantenaires avons fait des erreurs en leur faisant croire que tout est acquis automatiquement. Le progrés c’est bien mais il ne faut pas oublier que pour travailler il faut etre un minimu motivé, capable de supporter les ordres d’un chef. Certes c’est bien de remettre certaines pratiques de la société en question mais ou allons nous lorsqu’on voit sur internet des adolescents qui n’ont meme pas 15 ans (je sais de quoi je parle), et ou va le monde lorsque la famille permets tout à ses enfants, pire critique le système scolaire. Comme disaient nos grands parents, le monde devient fou et on peut se demander s’il ne l’ai pas vraiment. Quoiqu’il en soit nos enfants ne sont pas prêts à revenir en arrière, et à part quelques exemples (peu courants) d’enfants bien élevès et qui savent s’adapeter aux contraintes de la vie et du travail, on peut s’interroger. Et même dans le travail on a li’mpression qu’il n’y a plus de motivation, juste un salaire à la fin du mois. La faute à qui? A beaucoup d’acteurs je pense.-

  4. Ne vous étonnez pas si cette génération n’a rien à voir avec la précédente lorsqu’on regarde la fonction parentale et l’éducation scolaire. Tout est permis aux enfants et ils en profitent bien sur. Lorsqu’il n’ya plus aucune autorité à l’école ou à la maison, lorsqu’on se fout royalement de l’orthographe, lorsque le seul mode de communication est internet ou tél mobile interrogeons nous. Que chacune prenne ses responsabilités, et éduquer correctement serait déjà bien.

  5. Ne nous étonnons pas car nous avons tout permis aux jeunes que cela soit dans la famille ou à l’écolet et ils ont tout eu sur un plateu internet tél, etc;. S’ils ne veulent plus faire d’effort, la faute à qui? La génération des 50 ans est la dernière génération ou l’on avait un peu de bon sens, le gout de l’effort et du bien fait. La faute à qui? Que chacun prenne ses responsabillités, école, parents, politique et la vie changera.

  6. Comprendre que leur (future) vie, société, n’est pas cachée dans le boîtier de leur téléphone ou ordinateur portable. Merci au passage l’état et les industriels, qui oeuvrent depuis longtemps pour l’autonomie de l’individu … (lire Castoriadis)

    Cocooning, centrage sur soi, déconsidération de l’autre, petits cynismes au quotidien : on fonce tout droit vers une horde aveugle, qui va s’écharper à la première vaguelette …

    Prière de la citoyenneté française : que le dieu de la sécurité sociale, de la CAF et tutti quanti, me préserve de ces barbares !..

  7. Ces commentaires sont précieux et me semble révéler beaucoup d’exigences à l’encontre des jeunes générations. C’est peut-être pour cela que les enfants lâche du lest….Voici celles que j’ai repéré et pour lesquelles j’ai envie d’apporter un regard complémentaire et bienveillant (du moins j’essaie…question d’éducation)

    1/ Ecrire sur papier sans faute d’orthographe, savoir lire et écrire correctement, utiliser un dictionnaire papier

    A l’école, les enfants apprennent toujours à lire et à écrire il me semble. Et ils savent encore chercher dans un dictionnaire (papier ou internet) le sens et l’orthographe des mots.

    Les enfants font des fautes d’orthographe, c’est vrai. Ils apprennent à repérer leurs erreurs. C’est de cette manière que l’institutrice de mon fils fait progresser ses élèves. Je trouve cela positif qu’ils développent cette faculté. Le problème n’est pas de faire des fautes mais d’être en capacité de les repérer (c’est-à-dire dire connaître la règle).

    2/ Politesse, savoir vivre

    Politesse et savoir vivre. Bonjour, au revoir, merci, etc. Je n’ai pas repéré beaucoup d’enfants qui ne connaissent pas ces règles et qui s’en passent. Je dirais même que les adultes insistent largement là dessus en France.

    3/ Ne pas faire croire que tout est acquis automatiquement, goût de l’effort, bon sens, travail bien fait

    Est-ce que les jeunes ont réellement l’impression que tout est acquis automatiquement? Il suffit de voir leur difficulté à trouver un emploi… La vie le leur apprend. Quand à leur faire croire que…. ce n’est pas pour cela qu’ils y croient. Ils le voient bien et cherchent des solutions pour réussir.

    Goût de l’effort quand les adultes communiquent une image négative de la société…. Et si nous changions de regard, focalisions sur les aspects positifs et les avertissions des écueils.

    Travail bien fait (avec un minimum d’erreur je suppose). La quête de la perfection, encore…

    4/ Etre motivé, supporter les ordres d’un chef

    Etre motivé. Ok, pour faire quoi? ce qui est demandé ou ce que les jeunes proposent? Jusqu’où acceptons-nous leurs propositions? Quels sont nos limites?
    Supporter les ordres d’un chef. Et vous, vous les supportez en toutes circonstances? là aussi il y a des limites.

    5/ Ne plus voir sur internet des jeunes qui ont 15 ans

    Comment va faire mon fils pour regarder ses dessins animés? PS: je n’ai pas la télé. Oui, je sais. J’ai internet, un ordi et pas la télé. C’est un choix circonstancié.

    6/ Ne plus tout permettre en famille, ne pas critiquer le système scolaire
    Ne plus tout permettre en famille. Tout permettre ou ne rien autoriser? où est l’équilibre? quelles sont les règles claires que nous leur formulons?

    Ne pas critiquer le système scolaire- Pourquoi? Si la critique est constructive….

    Entre « ne pas, tout, rien », et si nous précisions le contexte, les circonstances dans lesquelles on peut ou pas faire telle ou telle chose, explicitions les conséquences, et focalisions davantage sur des objectifs positifs pour tous.

  8. A votre avis, la génération Z sait-elle qu’à peine née, elle marque déjà la fin de quelque chose ? Spéculons sur la suivante : A bis ? Z prime ? Bien entendu, pour rebondir sur les autres propositions, il faudra que cette génération se souvienne que le Z est la dernière lettre de l’alphabet et pas uniquement la touche voisine du « A » et du « E » sur leurs claviers ;o)

  9. J’espère en tout cas qu’elle marquera la fin du copié-collé ! Gen Z qui suit Gen Y qui suit Gen X…

    En plus, rares sont ceux qui savent ce que signifie ce X ! Pourquoi continuer à situer une génération en fonction de celle qui l’a précède et non pas pour ce qu’elle est par elle-même ?

    En fait les « Zers » (beurk) sont à la fin d’un cycle de description des générations via leur culture. ILs marquent le passage de la culture commune à un mode de fonctionnement différent.

    En d’autres mots, dis moi si tu es sur les réseaux sociaux et si tu es copain avec tes parents (Gen Y) ou dis moi ton mode de réflexion et de traitement de l’information (Gen Z)… L’objet d’un prochain article sans doute.

  10. Mmmmmm… Je ne sais pas ce qu’elle ne saura pas faire de plus, mais avec un peu de chance elle saura ce qu’est un monde sans cancer ou sans sida, un monde qu’on dépollue plutot que dans lequel on dégaze (on peut toujours rêver !), elle connaitra la révolution 3.0 du web (nous passerons probablement à côté) et elle saura lire et écrire convenablement si nous avons l’envie de lui apprendre.

    La Zénération, c’est le résultat d’une politique de « l’enfant roi » ou tout était permi aux enfants, ou ils décidaient dans quelle école ils iraient, de quelle voiture leurs parents achêterai et de quelle couleur elle serait, qu’on ne doit jamais frapper un enfant sous quelque condition que ce soit, que s’il a frappé son prof à l’école et qu’e celui là a trois jousr d’itt, il l’a certainement cherché, etc…

    L’Education à sa part de responsabilité dans ce que nous sommes, nos parents également mais nous pouvons également nous forger tels que nous le souhaitons.
    Par mon expérience, rien n’est inéluctable.

    Alors, les c’était mieux avant, laissez moi rire !

    Avec la Zénération, c’est NOUS qui façonnons l’avenir et qui les façonnons en même temps.

  11. J’arrive un peu tard sur le sujet, mais mieux vaut tard que jamais… je tenais surtout à remercier Barbara pour sa réponse pleine de sens et bien moins restrictifs que certains commentaires qui précèdent!
    Je suis jeune, et je ne m’identifie pas totalement à tel ou tel mode de valeurs, mais les raccourcis selon lesquels ma génération serait impolie et indisciplinée m’insurge. Les contextes politique, économique et socio-culturel permettent aujourd’hui de s’exprimer et de se mouvoir librement. Donner son avis, être en désaccord et faire des critiques ne constituent pas une impolitesse ou un trouble de l’ordre. Il a été une époque où c’était le cas et c’est fort regrettable pour ceux qui l’ont vécu. Il en est une autre aujourd’hui où chacun a le pouvoir d’agir et de se passionner pour ce qui lui semble bon et ne pas se faire imposer des choses sans raison. Si toute une population est plus à même d’échanger les uns les autres que ce soit à une table ronde ou par réseaux sociaux interposés, n’est-ce pas plus riche que des non-dits?
    Enfin, je rejoins Mel54 sur le fait que cette « génération » participe activement à modeler son système et à le rendre différent. Et qui est-ce que le changement touche le plus? Qui sont les plus réfractaires dans l’histoire?

  12. Mes enfants sont de la génération Z. J’angoisse pour eux. Mais pourquoi? Après tout, chaque génération entraine son lots de craintes. N’est ce pas une caractéristiques de l’inconnu???
    Cependant, j’ai l’impression que la progression de l’évolution des technologie est exponentielle; nous entrainant dans une spirale de + en + frénétique. Il n’y a qu’à lire les analyses sur la révolution 4.0.
    Finalement, je crains de ne pas reconnaître mes enfants dans 10, 20 ans. Qu’ils perdent ce que je qualifie d’authenticité humaine; sans trop pouvoir la définir.
    Peut-être est-il inscrit dans nos gènes une programmation qui consiste à être garant de la nature profonde de notre genre humain??? Ou bien, ce type de crainte est-il le résultat d’une société dont les limites sont sans cesse repoussées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *