Il ne s’agit plus de chercher le plus petit dénominateur commun des générations en les affublant d’une lettre pour en comprendre les us et coutumes, comportements et attentes.

C’est la fin des tribus, la fin des lettres et la fin des qualificatifs !

Je m’en rends compte conférence après conférence quand – lors de la même intervention – dirigeants, managers, politiques et profs me décrivent ces jeunes » fantasmés » de tout et son contraire. Voir le slide ci-dessous.

Les générations tout d’un bloc est terminé, nous sommes dépendants ET autonomes, nous sommes désenchantés ET passionnés…

Il s’agit désormais de comprendre de façon détaillée qui sont les individus composant ces « clans générationnels » en admettant que les tribus n’existent plus.

Avant de vous proposer une classification de ces clans (Mainstream, Edge, Urbain…), je vous propose de décrypter rapidement ces critères.

Les 5 critères pour comprendre

Cela fait plusieurs années que je cherche  les critères qui permettraient de dire « Il n’y a pas de générations ! Ni X, ni Y, ni Z, mais un ensemble d’individus formant des clans générationnels ».

Après recherches et expérimentations par tâtonnement, je pense être sur la bonne voie pour vous présenter les clans générationnels.

Mais d’abord les critères. Vous remarquerez au passage que l’âge n’en est pas un !

La structure familiale

La structure familiale française est composée de 80% de parents vivant ensemble (dont 40% de familles restructurées) et 18% de familles monoparentales selon le dossier de l’Insee ci-dessous.

Voici donc déjà une vision de la stabilité familiale et de l’autonomie  qui peut être  différente d’un individu à l’autre !

La question : « Dans quels type(s) de famille(s) avez-vous grandis ?

L’environnement économique

Cette approche a été documentée dans les travaux de Strauss et Howe qui considèrent que certains comportements proviendraient de l’environnement économique dans lequel nous grandissons.

Ainsi, en fonction des cycles économiques :

  • Les artistes (Z) : comme indécis et émotionnels, ils ont grandis en période de crise et ont été surprotégés par leurs parents.
  • Les prophètes (Baby-boomers) : Ils vivent par leurs valeurs, moralistes et prêts à se battre pour leurs idées.
  • Les nomades (X) : Aventureux, pragmatiques et cyniques, ils n’ont pas été aussi protégés que leur aînés.
  • Les héros (Y) : Plutôt énergiques et curieux, ils ont été élevés dans des familles les mettant au centre de leurs préoccupations.

Au-delà de cette classification simpliste, nous nous apercevons (enfin!) du déclassement social généralisé que vit la jeunesse française depuis 30 ans. Ce qui selon Chauvel annonce la fin pure et simple des classes moyennes françaises (mais pas que) à moyenne échéance.

La question : « Suivez-vous des études qui vous assurent d’obtenir un diplôme supérieur à vos parent ou pas ? »

L’environnement culturel

Cet environnement, décrit par le sociologue Hofstede s’intéresse aux  valeurs, rituels, héros et symboles des générations.
Décrire cet environnement, fondation de  mon approche du sujet, demanderait une suite d’articles.

Rien que concernant les valeurs, il y a 6 systèmes cohabitant dans les entreprises et les familles.

Photo slide intervention Benjamin Chaminade 2017

A l’extrême gauche : Tradition = structure patriarcale  avec management paternaliste basé sur l’obéissance aux anciens.

A droite : Liberté = L’individu et ses valeurs au centre de la structure, recherche de l’expérience et management basé sur la responsabilisation.

La question : « Comment voyez-vous l’entreprise ?  » ou « Quel a été la place du père dans votre famille ? »

L’accès aux technologies

Beaucoup d’ouvrages, écrit pas beaucoup de chercheurs inquiets : i-brain, the shallow etc. tentent de nous démontrer que le cerveau des plus connectés est en train de subir des mutations pas toujours positives : Problèmes émotionnels, dépression et destruction de la matière grise. Bref, trop d’internet « rendrait » malade.

Le temps servira d’arbitrage car je crois que les anciens pensaient la même chose du micro onde dans les années 80.

Ci-dessous un court extrait des recherches de Gary Small, qui s’inquiète pour notre capacité de mémorisation à court terme…

La question : « A quel âge avez-vous commencez à utiliser les technos ? »

L’usage des média

Chose rare pour un chef d’entreprise, j’ai eu la chance d’intervenir dans des lycées et des collèges et vérifier à maintes reprises la popularité de Instagram ET Snapshat ainsi que leur désintérêt flagrant pour Facebook (du moins jusqu’à 15/17 ans).

La question : « Quel media utilisez-vous le plus ?  » et « Quel média utilisez-vous pour obtenir des infos sérieuses »