Depuis l’arrivée de la génération Y sur la scène RH, beaucoup a été dit sur celle-ci pour essayer de comprendre en quoi elle est différente de la précédente (voir aujourd’hui de la suivante). En faisant cela nous sommes passé par plusieurs étapes permettant de mieux l’identifier :

1 – les stéréotypes liés à l’âge: « Ah, les jeunes de maintenant, de vrais boulets ! » Voir l’étude de l’AFEV à ce sujet, le lien est sur mon compte Twitter.

2 – Les généralisations liées à la génération : La plupart des membres de la génération Y n’ont pas confiance en l’entreprise car ils ont appris de leurs parents…

3 – Les spécificités interculturelles qui prennent en compte l’environnement familial et professionnel de chaque individu : Euh, t’es qui toi dans le grand monde de la diversité ?

Quelle que soit l’étape à laquelle nous sommes, il y a pourtant certains mythes qui restent collés à cette génération et qui sont encore relayés dans des publications récentes. En voici un florilège.

La technologie c’est pour les jeunes !

Certes, dans certaines écoles de commerces ou d’ingénieur c’est vrai que Facebook frise les 100% d’inscrits. Pourtant il ne s’agit pas de technologie, il s’agit de relation !

Quand il s’agit de créer un blog, s’inscrire à un réseau social ou utiliser Twitter, les 45-55 ans sont en train d’adopter les usages à un taux 20 fois supérieur que les 18 – 24 ans !

Les comportements de la génération Y ont débuté il y a 5 ans.

Les comportements habituellement associés à la génération Y (fonctionnement en clan et à l’affectif, recherche de cadre et d’avenir) est présent depuis bien plus longtemps dans les métiers des média et de l’informatique mais vient de « devenir mainstream ». Voir l’article sur les « Hypers », les Y de l’informatique.

Les Y sont multitaches.

Le multitasking est impossible. Julie Willaert de l’agence de communication Sigmund spécialisée en communication interne avec qui nous avons échangé précise qu’il n’est pas possible de se concentrer sur plusieurs tâches à la fois, en même temps. Notre cerveau n’en a pas les capacités. Par contre, ce que nous faisons est du multiscoping : Nous nous concentrons sur plusieurs choses d’affilée et non en même temps.

« Il est possible que nous ayons une conversation téléphonique avec quelqu’un, puis notre attention s’affaiblit un instant parce qu’au même moment quelque chose d’intéressant passe à la radio qu’on aimerait écouter, notre attention diminue pendant la conversation téléphonique (on répond avec des “oui” “non” “mmm” et on n’entend pas vraiment ce qui se dit). Après cet intermezzo de la radio, on reprend notre conversation téléphonique et la radio passe en arrière-plan. Et ainsi de suite. »

Les Y sont les premiers adulescents.

Projetez une image de Candy ou Goldorak à une salle remplie de quadra. Vous verrez bien !

Profitez-en pour écouter attentivement les paroles de cette chanson d’Aldebert

C’est la génération Zapping !

Bien sur que non, c’est simplement qu’ils ne sont pas fidèles aux mêmes choses que vous. Surtout si vous êtes fidèle à la hiérarchie et à l’organisation. Ils sont d’abord fidèles à leur groupe, à la relation qu’ils créent et à ceux qui ont su leur donner leur confiance et inspirer leur respect.

C’est la génération connectée.

Vous ne pouvez pas réduire cette génération à l’Iphone ou Android, passant leur journée à lire les blogs de leur amis, mettre à jour leur statut facebook ou twitter.

Issus de familles divorcées, recomposées ou non, amis virtuellement avec la terre entière, ne pensez-vous pas plutôt que nombre d’entre eux sont plutôt “déconnectés ?”

C’est la génération internet qui peut expliquer ce que c’est aux adultes

Demandez à Michael Wesch, l’auteur de la vidéo “a student vision” : “Cette génération d’étudiants est expert à l’utilisation des médias pour s’amuser mais en savent très peu sur la façon de les utiliser comme un outil d’apprentissage.”

Demandez leur d’agréger un flux RSS et s’ils sont sur Twitter…vous verrez !

 

C’est une génération de planqué qui cherche la sécurité avant tout

La recherche de la sécurité, un mythe de la génération Y ou une réalité de leurs parents ?  La voix de cet étudiant rencontré il y a quelques semaines à Lille résonne encore dans ma tête : “ C’est ma mère qui détruit ma confiance en moi” ! Voir le post déjà publié sur ce sujet.

Les enfants sont plus matures qu’avant

Qu’avant quoi ? Moyenne d’âge des chercheurs sur le projet Manhattan (bombe atomique US entre 42 et 45) 25 ans. Moyenne d’âge des combattants américains au Vietnam : 19 ans ! Et nous avons encore des parents pour nous raconter qu’ils travaillaient au champ ou au restaurant de leurs parents dès 12 ans !

Les jeunes vivent le changement alors que les seniors le redoutent

Personne n’aime le changement ! Essayez de changer des groupes déjà constitués d’étudiants de 20 ans et vous verrez les 7 phases de la résistance au changement se dérouler en live devant vous. J’étais dans le bureau du directeur d’une business school renommée lorsque un groupe de 5 étudiants a envahi les lieux car leur groupe de travail avait été perturbé par l’arrivée d’un indésirable nommé par l’un de leur professeur.

Les jeunes ne regardent plus la télévision.

Ils regardent toujours la télé mais pas seulement. A raison de 1 heure de télé pour 3 heures d’internet, la télé est toujours là et les discussions du film de la veille ou de l’élimination de telle ou telle “graine de star” est toujours au top parade des discussions de cours de récré.

Ils veulent tout gratuit

Bien sur, si ce que vous vendez n’a aucune valeur sociale et émotionnelle ! Etre le premier à écouter le dernier album de son groupe préféré, avoir un smartphone pour rester en contact avec son clan, des vêtements ou de l’alcool… quand on veut votre produit, on y met le prix !