Est-ce que vous vous sentez anxieux de ne pas pouvoir vous connecter sur Internet ou de vous retrouver brutalement déconnecté en pleine conversation téléphonique? Si c’est le cas, pas de panique, non seulement vous n’êtes pas seul, mais en plus, miracle, il y a un mot pour cela: « Discomgoogolation » ou “Déconcertion” en français.

Une étude clinique révèle que l’activité du cerveau et la pression sanguine de ces sur-connectés augmentent lorsqu’ils sont brutalement déconnectés. Ce stress équivaudrait à une demi-heure de retard à un rendez-vous important ou de passer un examen. 44% des britanniques « souffriraient » de ce mal sachant que la moitié de la population passe 4 heures en ligne. Les français sont sans doute très proches de ces chiffres. Et cela ne concerne pas que la génération Y !

Avec la prolifération de l’informatique connectée, et surtout, les débits ADSL (La France et Le Royaume Uni étant parmi les deux pays les mieux équipés), nous sommes entrés dans une ère de la “réponse instantanée” dans laquelle le sentiment de solitude et la déception de ne pas avoir sa réponse immédiatement créés une frustration.

En anglais, ce terme vient de « discombobulate » qui signifie « être confus ou frustré ». En français il s’agit du regroupement des mots déconcerter et déconnection

Plusieurs psychiatres proclamant que l’utilisation abusive d’internet devrait être reconnue comme un trouble clinique commencent à se faire entendre.

Un article en anglais sur se sujet sur le site de Mail online