Juvenoia. Incompréhension intergénérationnelle. Vous êtes-vous jamais plaints des jeunes d’aujourd’hui ? Si c’est le cas, vous n’êtes pas le premier !

Rappelez-vous de Socrate : « Les enfants sont des tyrans ». Lisez d’Hésiode qui bien avant Socrate aurait certifié que : « Les jeunes sont simplement terribles ». Et n’oublions pas, la plus récente « Chienlit » du général de Gaulle. Le président général qui qualifiait alors une population d’étudiants qui ont aujourd’hui dépassé les 70 ans…

Les jeunes d’aujourd’hui…juvenoia

Et il n’y a pas que des personnalités décédées depuis longtemps pour « souffrir » de ce biais cognitif au vu des réponses que je reçois à la question que je pose en début de mes conférences : « Les jeunes d’aujourd’hui, qu’en pensez-vous ? ».

Facile : insolents, zappeurs, infidèles ou communautaires pour les plus négatifs. Créatifs, connectés et curieux pour les avis les plus positifs. Les stéréotypes ont la vie dure, surtout quand les personnes concernées s’y conforment.

C’est Georges Orwell qui a été le premier a prendre du recul sur le sujet pour résumer en une seule phrase cette incompréhension générationnelle : « Chaque nouvelle génération s’imagine être plus intelligente que la précédente et plus sage que la suivante. » Pour une fois, c’est plus long en anglais.

conférence management intergenerationnel juvenoia

Cette citation est la parfaite illustration de ce que le sociologue David Finkelhor appelle la Juvenoia. Ce terme illustre la croyance que les jeunes sont plus problématiques que nous à leur âge et que les plus anciens sont des ringards. Cette Juvenoia se manifeste par l’incompréhension des plus anciens de la « culture jeune », du rock au rap, de Georges Brassens à Jul, de Candy à Bob l’éponge.

La personne détestée par toute une génération

En parlant de victime de Juvenoia, je me demande si Ségolène Royal en était atteinte lorsqu’elle a fait interdire la violence à la télévision après la publication de son livre « Ras-le-bol des bébés zappeurs ». Livre qui ciblait directement les émissions de Dorothée pourvoyeuse de manga.

Elle écrivit ainsi page 37 : « […] Il y avait dans la télévision d’ « avant » des règles simples. Il y avait les gentils et les méchants. Et, en général, le gentil, le héros, tuait moins que les autres. Il gagnait aussi parce qu’il était le plus malin. Et puis il s’occupait de la veuve et de l’orphelin, ou de l’animal blessé. Dans les dessins animés et les séries japonaises (du moins ceux que l’on voit sur les chaînes commerciales françaises), ou dans certaines séries américaines, tout le monde se tape dessus. Les bons, les méchants, et même ceux qui ne sont rien, les figurants de la mort. Le raffinement et la diversité dans les façons de tuer (explosions, lasers, commande à distance, électrocutions, animaux télécommandés, gadgets divers…) se sont accompagnés d’un appauvrissement des caractères, d’une uniformisation des héros, dont la seule personnalité se réduit à la quantité de cadavres alignés, ou à la couleur de la panoplie du parfait petit combattant de l’espace. ». Pour l’anecdote, ce passage lui a été rappelé lors d’un voyage au Japon. Et bip bip et le coyote alors ?

Bref, Junevoia. Nos valeurs sont mieux que les vôtres. Jeunes manants. De mon temps…

 

Des mangas à la ritaline

Alors peut-être que la peur des mangas a été remplacée par le rap, par des cures de Ritaline. Ou alors par Marvel que certains réalisateurs mythiques détestent, mais il faut bien reconnaître (en essayant de ne pas devenir juvenoiaque à mon tour) que les adultes sont rapides à faire porter la responsabilité de problèmes sociaux réels ou imaginaires à ces mouvements musicaux ou vestimentaires. Surtout envers ceux qu’ils ne comprennent pas ou n’aiment pas. En oubliant au passage que leur propre jeunesse a été une source d’incompréhension de la part de leurs parents.

Baisse le son de ton Walkman, tu vas devenir sourd ! Petite pensée aux types du lycée qui s’habillaient en noir-cheveux-gras au lycée.

juvenoia

Cette juvenoia est la première chose à traiter si vous souhaitez parler de management intergénérationnel, car nous revenons encore et toujours sur la culture du management intergénérationnel !

Du management intergénérationnel

Chaque génération pense que la génération précédente est trop rigide et conservative alors que la génération suivante est hors de contrôle. Résultat, chaque génération pense avoir la culture la plus riche et équilibrée.