Archives de catégorie : Lecture

Les livres sur les jeunes, la génération Y et le management intergénérationnel

La littérature sur les jeunes dans l’entreprise, qui est devenue la Génération Y à partir de 2003 aux Etats-Unis, de 2004 en Australie et de 2006 en France s’est développée à partir des années 2000. La parution d’ouvrages sur ce thème semble s’accélérer depuis 2008 alors que la Génération Y est devenu un enjeu de société.
Revue de presse des ouvrages disponibles en langue française par ordre chronologique de publication.

La mosaïque des générations – Jean-Luc Excoussseau – Tendance les échos – 2000

Quatre générations cohabitent aujourd’hui en France et vivent dans des mondes parfois plus clos qu’il n’y paraît. Qu’est-ce qui, dans le fait d’appartenir à une génération donnée, nous distingue des autres générations ? Il y a bien sûr le parcours dans la vie qui n’est jamais tout à fait le même, le destin social qu’impose l’histoire et sa loterie, les étapes de la vie qui nous font remplir des fonctions, assumer des responsabilités et jouer des rôles bien différents.
Mais c’est ailleurs que s’affirme le mieux notre personnalité de génération et que se manifestent avec force nos irréductibles différences : au coeur des objets qui nous entourent et qui nous sont si familiers, au coeur des choix concrets de tous les jours que nous faisons sans réfléchir, des goûts et des sensibilités qui nous semblent si largement partagés qu’on n’en parle même plus.
A partir des données démographiques, socio-économiques et historiques, l’auteur nous raconte comment ces évidences en apparence modestes et ces petits détails de vie peuvent en dire long sur nous et nos générations.

Lire la suite livres en français sur le sujet

2012, l’année de la Génération Y

management generation y  intergenerationnelImpossible d’échapper au buzz du moment sur la Génération Y qui marque une nouvelle étape dans l’intérêt porté à cette Génération/Culture. Cette fois-ci ce ne sont plus seulement les marketers, les managers, dirigeant ou professeurs qui sont concernés mais le grand public.
Que celui qui a dit « Comme quoi c’est vraiment la fin du monde » se dénonce.

Petit rappel des faits…

1993 : Arrivée du concept de Génération Y dans le marketing

Première utilisation du concept de Génération Y dans le magazine « Advertising Age » décrivant une nouvelle race de consommateurs qui répond bien aux marques, surtout si elles participent à rendre le monde meilleur, mais qui n’hésiteront cependant pas à la laisser tomber si elle devient trop chère. (lire le texte fondateur de la génération Y)

2003 : On en parle dans les entreprises

On commence à en parler dans le management et les Ressources Humaines avec la sortie de plusieurs ouvrages en français sur les jeunes et surtout la publication aux Etats-Unis de « Generation Why » de Eric Chester, livre fondateur de la compréhension de cette génération en termes Managerial.

2008 : Les profs sont à l’écoute et les écoles s’interrogent

En fait 2008 ne concerne pas seulement la génération Y ou les « étudiants consommateurs » mais l’arrivée des réseaux sociaux dans l’école et leur impact sur le statut du professeur et sa relation avec les étudiants. Voir à ce sujet notre article sur l’éducation de l’information à l’innovation.

Continuer la lecture de 2012, l’année de la Génération Y

« T’inquiète je gère », notre livre sur les relations intergénérationnelles – Partie 3

Ouvrage sur l'intergénérationnel et la génération yChapitre 2 – « Arrêter de faire fuir avant de vouloir attirer » 

18 septembre – Cafétéria de Global International

Martine de Bonvoisin, la responsable Com’ de l’entreprise attendait que le distributeur lui serve son café quand Françoise arriva à son tour dans la cafétéria.

Les deux femmes avaient convenu de s’y retrouver avant de se rendre à la réunion qui suivait.

— Bonjour Martine. Alors, vous avez des idées à nous présenter pour rénover nos pratiques d’attractivité et maitriser notre Turnover ?

— Bonjour Françoise. Oui, j’ai une super idée pour rendre notre entreprise attractive en terme d’employeur. C’est ici, précise-t-elle en tapotant un dossier qu’elle tenait sous son bras. Je te rassure, en terme de « Com » je ne pense pas qu’il soit difficile de vendre Global International comme un bon employeur. Après tout, j’en suis la preuve vivante, n’est ce pas ? En Mars, cela fera 18 ans que je travaille ici ! Qui mieux que moi peut parler de l’entreprise n’est-ce pas ? Bon, il faut bien reconnaitre que nous ne trouverions sans doute pas les mêmes avantages sociaux ailleurs, n’est-ce pas ? Et  j’habite au coin de la rue ! Conclut-elle en souriant.

Françoise ne releva pas, pourtant elle détestait particulièrement les gens confondant motivation et inertie. Ces gens qui restaient dans l’entreprise non pas par engagement mais par peur du changement. Un sourire éclaira son visage un bref instant quand elle se souvint d’un conférencier qui appelait ce genre de personne une « Bozo ».

Continuer la lecture de « T’inquiète je gère », notre livre sur les relations intergénérationnelles – Partie 3

RH 2.0 et e-Recrutement: lancement de la première revue de veille de « compagnons de cordée »

compagnons de cordée e-reconnaissanceCompagnons de cordée lance e-Reconnaissance, la première revue de veille sur le e-recrutement, réalisée à 100 % par des experts indépendants, tous pionniers dans leur domaine d’expertise. e-Reconnaissance est aussi le premier écosystème spécialisé dans le e-recrutement. Cet espace privilégié -réservé aux abonnés- permet aux professionnels des ressources humaines de rester en veille et d’échanger.

Un éclairage par des experts reconnus

Cette revue de veille, animée par un réseau d’experts reconnus et indépendants, a une ambition : apporter une hauteur de vue qui marque une véritable différence.
«C’est en sortant des sentiers battus et en prenant un recul systématique sur les «nouveautés» que les experts, tels des compagnons de cordée, permettent aux membres de e-Reconnaissance d’emprunter les voies du recrutement online de façon toujours plus éclairée», explique Laurent Joseph, fondateur de Compagnons de cordée.

Continuer la lecture de RH 2.0 et e-Recrutement: lancement de la première revue de veille de « compagnons de cordée »

« T’inquiète je gère », notre livre sur les relations intergénérationnelles – Partie 1

prez-unmanaged002Comme nous le demandait une étudiante il y a quelques jours : «Pourquoi ne publiez-vous pas un ouvrage sur le management de la génération Y ?». En voilà une bonne question ! Imaginons à ce que pourrait ressembler un tel ouvrage.

Il y a plusieurs angles d’approche:

    – Le premier est d‘utiliser nos recherches pour faire un constat des nouveaux comportements sur le lieu de travail. Si ce type de bouquin serait intellectuellement le plus solide et pourrait devenir « livre de référence », il risquerait surtout d’être rébarbatif et d’apporter un éclairage sans vraiment apporter de solutions. Ce qui est a l’opposé de nore philosophie qui est de conjuguer fond, forme et application immédiate.
    – Le second angle serait de lister les différences entre les générations Y, X et Baby-boomers (environnement, attentes, motivations, etc.). Pff, sérieusement, nous avons passé l’âge des comparaisons faciles et de toute façon ça a été fait et refait. En plus, ça ne correspond pas à notre approche du sujet qui considère qu’être « Y » c’est d’abord un état d’esprit qui s’exprime dans un environnement en transformation et pas en fonction de son âge.
    – le troisième, serait d’écrire un livre de management vous expliquant comment manager des « jeunes » en vous fournissant un « mode d’emploi » et des recettes  toutes prêtes pour gérer des gens ou des  situations. C’est tentant car cela donnerait de la matière pour les étudiants réalisant un mémoire sur le sujet, cela serait l’occasion de lancer une opération de RP et  et cela nous donnerait plus de crédibilité envers ceux qu’un bouquin impressionne encore.

La génération Y chinoise

mco14_book1.jpg

Premier ouvrage en anglais traitant de la Génération Y dans ce qui promet de devenir prochainement la première puissance mondiale, le premier des pays anglophones et qui a plus d’enfants surdoués que les USA ont d’enfants : La chine.

Rebelles, ouverts, agressifs, amateurs de musique électro, avant-garde et cheveux teints. Voilà ce qui pourrait simplement décrire la génération Y chinoise. Cette génération décrite à travers le monde comme indépendante, inventive et connectée. Les occidentaux ne sont pas les seuls à souhaiter être libre de leur choix, avoir le dernier et le meilleur car la règle s’applique aussi aux jeunes chinois.
Cette génération aussi a grandi avec les incessants changements technologiques qui ont rendus les codes de communications, de travail et de formation obsolètes.

Deux ouvrages ont été publiés sur les jeunes en Chine.

Le premier par un professeur de l’académie des sciences sociales de Liaoning, Wu bing, qui a écrit ‘Generation Y in My Home’ – la génération Y chez moi. Il décrit la bataille entre lui et son fils Wu Ameng qui reflète le désaccord ambiant et constant entre les ados de la génération Y et leurs parents.

Wu Ameng s’est rendu au Canada pour étudier pour 1 an. A son retour ses parents ont retrouvé… un étranger. Les cheveux teint en jaune et violet ! Un gateau d’anniversaire comme le décrira son père. Essayez de vous mettre à la place du père, professeur d’état, se retrouver face à son fils à l’oreille percé 4 fois et tatoué.

Difficile de comprendre que les valeurs dans lesquelles ils ont grandis et les modes d’apprentissage qu’ils ont toujours connu sont devenus soudainement obsolètes. Cette génération connectée quii profite de l’ouverture de la chine pousse à un changement social et un conflit ouvert entre les générations.

Si ce fossé entre générations est inévitable dans le monde entier, le cas de la Chine et des pays en voie de développement est particulier puisque qu’il reste une grande partie de la population qui n’a jamais donné un coup de téléphone. Mais le « mal » est fait. Les jeunes ayant accès à l’information, à Youtub, à myspace ou pouvant étudier à l’étranger ne souhaitent pas se laisse dire quoi penser.

Le deuxième ouvrage a été écrit en 2005 par Michael Stanat , qui avait 17 ans à l’époque, cet ouvrage décrit la vie de plusieurs membres de cette génération de 200 millions de personnes qui découvrent la loi du marché et du capitalisme. Partant des clichés que peuvent avoir les américains sur le « reste du monde » Michael s’intéresse aux jeunes de son âge.

Plus d’infos sur le site de Michael

Sur le même sujet :
La generation Y en France
La generation Y en Angleterre
La generation Y en Allemagne
La generation Y en Amérique du sud
La generation Y en Australie
La generation Y au Quebec
La generation Y dans le reste du monde…

Entretien avec Thibault Lanxade, auteur de « Génération 35 heures » aux éditions éditéa.

thibault.jpg

Bonjour Thibault, merci de m’accorder cette interview. J’aimerai commencer par te demander qui est cette génération « 35 heures » ?
Il s’agit des jeunes diplômés ayant moins de 3 ans d’expérience professionnelle. Ils ont toujours utilisé Internet, le téléphone mobile et n’ont connus que les 35 heures comme durée légale de temps travail. Autre particularité, ils n’ont pas réalisés leur service militaire (qui occupait 350 000 jeunes par an) et n’ont donc pas connu cette année « sans enjeux » afin de prendre du recul avant l’entrée dans le monde professionnel.
Enfin, j’estime qu’ils ont de nouveaux réflexes: Rapidité d’exécution et de compréhension, curiosité à outrance pour le coté positif, mais aussi quelques lacunes – en capacité de synthèse et d’analyse en se reposant parfois sur le copier-coller.

Si l’on peut se permettre de généraliser, quelles sont les grandes tendances de leur comportement ?
Ils sont curieux ! Leurs comportement peuvent être considérées comme déplacés et voir même un peu arrogants. Ensuite, contrairement à ce que certaines enquêtes veulent nous faire croire, ils sont entrepreneurs ! La création d’entreprise explose, et en particulier dans les banlieues où l’artisanat et le commerce ont la faveur des jeunes. Cette génération n’est une génération de fumiste ou de glandeur. Ils veulent travailler mais aussi s’épanouir en même temps.
Enfin, ils remettent en cause l’autorité institutionnelle comme la Police, le gouvernement, la solidarité des générations, etc….

Continuer la lecture de Entretien avec Thibault Lanxade, auteur de « Génération 35 heures » aux éditions éditéa.

Génération 35 heures

livre_gnration_35_heures.jpg

C’est en tant que patron français que Thibault Lanxade, assisté de Sophie Girardeau consultante en développement personnel, présente son expérience de la Génération Y : Génération 35 heures.
Avec humour, ce jeune PDG nous livre son voyage dans un autre monde peuplé de jeunes personnes aux valeurs différentes des siennes et très certainement surprenantes.
Etant en train de préparer mon prochain ouvrage sur les chefs d’entreprises de moins de 30 ans à travers le monde, j’espère avoir rapidement l’occasion de rencontrer Thibault pour vous en dire plus. En attendant je vous conseile de vous procurer cet ouvrage au plus vite, et je ne suis pas le seul…

Le sommaire
Préface & introduction
Technos, look, langage : l’onde de choc des nouveaux codes
L’éducation, une nouvelle mission pour l’entreprise ?
Une nouvelle business attitude : attention surprise !
Tu t’es vu quand t’abuses… du système ?
A nouvelle génération, nouveaux patrons
Conclusion
Bibliographie

Lire l’avis de Grizzlypress…